12 novembre 2015

Un goût de cannelle et d'espoir

Sarah McCoy - Un goût de cannelle et d'espoir

9782266250061

Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa soeur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, ou vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps...
Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.


 

J'ai été assez déçue par la lecture de ce livre. J'aimais bien l'idée, la deuxième guerre dans la vie d'une petite fille allemande lambda. Finalement je l'ai trouvé très consensuel... En même temps le livre était recommandé par Tatiana De Rosnay, je ne sais pas trop à quoi je m'attendais !

Je ne me suis pas tellement attachée aux personnages, j'aurais aimé qu'Elsie soit moins lisse. Qu'elle se plante un peu et par exemple donne une chance à ce soldat SS qui lui fait du charme, puisqu'il est dit qu'elle ne sait pas ce que font les SS et ne connaît rien de l'existence des camps. Du point de vue d'Elsie, ce jeune homme fait partie de l'armée qui les protège et fournit de la farine à son père pour travailler, il est bien élevé, joli garçon, les temps sont difficiles, il est amoureux d'elle, ça n'a aucun sens qu'elle le repousse. L'ennemi qui se présente sous un déguisement ami, la relation aurait probablement donné plus de corps au récit, au lieu de ça, tout reste relativement plat. J'espérais également une part plus grande laissée à la soeur qui vit dans un lebensborn, lire comment ça se passait là-bas, comment les mères abandonnaient leurs bébés pour les offrir à la nation, leurs sentiments. Finalement il n'y a que quelques lettres survolant tout cela. J'ai déjà lu énormément de livres sur la deuxième guerre, et des mieux écrits, je pensais que celui-ci m'apporterait un regard un peu différent, l'autre côté, mais rien de tout ça. Sans même parler de la partie du récit qui se passe dans le présent, j'ai très vite lu tout ça en diagonale.

Ce qu'on ne peut pas enlever à ce récit en revanche, c'est qu'il donne faim ! J'ai envie de manger plein de pains allemands ;-)

Posté par LucileLand à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :