Michelet-Claude-Des-Grives-Aux-Loups-T-1-Livre-895929106_L

Saint-Libéral, petit village de Corrèze, début du XXe siècle. Dans la neige crissent trois paires de sabots. Les enfants relèvent les collets. Sept grives ! C'est un beau butin. Qu'à l'approche des loups il faudra leur abandonner… Ce qu'il faut laisser derrière soi, déjà, pour survivre ! Plus tard, faute de grives, ils sacrifieront les coutumes d'antan, un savoir-faire dépassé, un père, une mère, une terre. Nous sommes en 1899 et les loups ont passé les Vosges… 


J'ai relu il y a peu de temps ce livre que j'avais beaucoup aimé adolescente, et je n'ai pas  été déçue de le redécouvrir.

1899, le nouveau siècle arrive et nous nous attachons pour le vivre avec eux, à la famille Vialhe. Le premier tome parcoure vingt ans, et les suivants nous amèneront jusqu'aux années 80 si je me rappelle bien. Quand s'ouvre le livre, la famille se compose de 7 personnes vivant dans une petite ferme (2 ou 3 pièces dans la maison) au coeur d'un petit village animé de Corrèze. Il y a Edouard, le grand-père qui vient de laisser, un peu à contre-coeur, les rênes à son fils, et Léonie la grand-mère qui prend soin de ses petits-enfants. Ils ont à peine 60 ou 70 ans, mais quand on a passé sa vie dehors à travailler la terre on en paraît bien plus. Puis vient le père Jean-Edouard, qui mène sa ferme, ses bêtes et ses enfants avec poigne, et sa femme Marguerite qui l'aide avec les animaux et tient la maisonnée. Enfin viennent les trois enfants, que l'on suivra pendant un bon petit bout de chemin au travers des différents tomes (4  au total). Pierre-Edouard est l'aîné, il a dix ou onze ans et court les champs, quand il ne va pas à l'école, avec son meilleur ami Léon, fils d'un métayer que Jean-Edouard mésestime au plus haut point. Louise a tout juste un an de moins que son frère et le suit dans ses aventures quand elle est acceptée. Puis la petite Berthe un peu plus jeune, dans les jupes de sa grand-mère. Si c'est princicpalement Pierre-Edouard qui va être le héros du roman, les autres ne sont pas en reste, chacun aura plus ou moins son heure de gloire, tout comme le reste du village. On s'attache par exemple parfois aux pas du bon vieux docteur qui soigne et comprend les gens de la commune, ou à ceux du curé qui va assister impuissant à la séparation de l'église et de l'état. C'est en effet la grande Histoire qui va servir de cadre à toutes les petites histoires. Comment faire autrement quand on sait que le siècle qui s'ouvre sera marqué de deux guerres mondiales, de l'automatisation des fermes et de l'exode rural... Ce sont des années bien mouvementées qui attendent Jean-Edouard et ses enfants. 

Les changements de point de vue qui s'opèrent régulièrement permettent au lecteur de se faire sa propre idée sur chaque personnage. Certains sont initialement bien mal présentés, par le bourru et buté Jean-Edouard par exemple, puis adoucis par le regard d'un autre. Car c'est bien un village entier qui gravite autour des Vialhe, même si la plupart sont juste esquissés, à force de les croiser on s'en fait notre idée. Le gentil et pas revanchard pour un sou Jeantout, le bon châtelain un peu mou, la réputation mal gagnée des Dupeuch, le vieux docteur Fraysse qui tutoie les patientes qu'il accouche, le curé qui ne s'entend pas avec l'instituteur... Et au milieu de tout ça les Vialhe qui, à force de dur labeur et d'économies bien placées deviennent la plus grande ferme du coin. Jean-Edouard que l'on déteste parfois, mais que je me suis prise à aimer alors que l'âge le radoucissait. Pierre-Edouard, presque trop progressiste et ouvert pour son époque, droit dans ses bottes et bien peu racunier. Il est difficile de ne pas aimer Pierre-Edouard plein de douceur et de fermeté, il est le véritable héros de ce premier opus, qui commence lorsqu'il est encore enfant, le verra connaître révolte, déconvenues, 4 années de guerre, puis se refermera au coeur de l'âge adulte alors qu'il est enfin presque là où il le mérite. Louise menée par son coeur, Louise qui n'a pas peur de s'opposer aux volontés de son père malgré l'époque alors qu'elle n'est même pas majeure, Louise à qui rien ne sera épargné mais qui mènera sa vie dignement, sans déshonneur malgré les nombreux obstacles qui se dressent devant elle. Le premier scandale du roman c'est la petite Louise de seize ans qui l'amène, et pourtant même quand la terre tremble sous ses pieds, on la regarde tenir debout et on espère fort qu'elle obtiendra ce qu'elle voudra. Puis vient Berthe, la petite dernière. L'auteur a expliqué dans une interview qu'il n'avait pas bien su quoi faire de Berthe jusqu'à sa majorité. De fait, elle est la petite soeur discrète et muselée par le père, qui passe ses journées à s'occuper d'une grand-mère sénile et à ranger le foin dans l'étable en attendant une libération. Elle grandit un peu loin des deux autres qui ont déjà pris leur envol, seule, puis prendra à son tour sa destinée en main avec une force que personne ne lui soupçonnait. A côté des Vialhe, nous suivons de plus loin les Dupeuch, famille de métayer qui est arrivée récemment à Saint-Libéral lorsque s'ouvre l'histoire, et personne ne leur fait trop confiance. Léon, le fils aîné et meilleur ami (en secret) de Pierre-Edouard a quatre petites soeurs dont il va rapidemment se retrouver responsable. La famille est un peu en retrait du village, et si le drame qui les touche leur amène la compassion et l'aide de certains, d'autres les considèreront toujours comme des gens malhonnêtes un peu profiteurs. Il est vrai que Léon va se lancer dans un métier peu recommandable pour beaucoup mais tout à fait légal. Il restera toujours le confident et le soutien de Pierre-Edouard, le copain marrant mais sur qui on peut compter.

Je recommande ce livre à tous ceux qui aiment la campagne, on s'y voit courir les champs et respirer l'air frais avant l'arrivée de la pollution. Les habitants de Saint-Libéral connaissent une vie rude, la terre est exigeante, mais des bonheurs simples et entiers. Attention, cependant, que va devenir ce tout petit village alors que les jeunes partent de plus en plus pour les villes à la fin de la première guerre mondiale ? Début de réponse dans le tome 2 "Les palombes ne passeront plus"