XY240

De grandes difficultés attendent Renny et Maurice, de retour à Jalna après avoir héroïquement combattu en Europe durant la grand guerre. Maurice tente vainement de reconquérir Meg, qui supporte mal son humiliation. Déchiré entre le remord et l'amour qu'il lui porte encore, il sombre dans l'alcool. Renny doit reprendre en main le domaine plus ou moins laissé à l'abandon par ses frères pendant son absence. Pour se renflouer, il songe à gagner un grand Prix grâce au meilleur pur-sang de son écurie. C'est ainsi qu'il fait la connaissance et s'éprend de Chris Dayborn, belle cavalière anglaise croisée un jour chez Mrs Stroud, une aventurière amie des arts auprès de qui son frère Eden fait ses premières armes d'écrivain et de poète.


 

Nous voilà arrivé au point de la saga où les titres n'ont plus grande importance et sont tout à fait interchangeables, n'ayant pas grand rapport avec le sujet de chaque volume. Il faut un titre ? Mettons Whiteoak ou Jalna et affublons-le d'un autre mot qui fait romanesque. C'est aussi le volume dans lequel la famille met en place une dynamique qui la suivra un bon moment. Philippe et Mary sont morts, Renny prend les rênes de la famille et de l'éducation de ses jeunes frères, Meg est leur figure maternelle, la vieille Adeline régente tout ça de haut et les oncles (qui vivent désormais à Jalna) les regardent vivre de leur fauteuil au coin du feu. Jalna c'est l'histoire de ces six frères et soeur qui grandissent ensemble, qui vont apprendre à vivre, à aimer, se marier, avoir des enfants, tout le reste n'est guère que Prequel.

Dans ce tome, Renny tombe amoureux et vivra une idylle secrète et impossible, qui bien que courte n'en est pas moins importante dans l'histoire générale. Il est intéressant pour ceux qui connaissent la saga dans son ensemble de savoir que juste après ce livre (le 5e dans la chronologie), l'auteur a enchaîné sur l'écriture du 12e "Le destin de Wakefield", dans lequel Wakefield a, à son tour, des amours contrariées. Donc Renny est amoureux de Chris, mais il a aussi pas mal d'autres nouvelles choses à gérer. Le domaine dont il a hérité de son père, les avis et reproches de sa famille, et l'éducation de ses frères. Notament Eden qui lui donne du fil à retordre. Eden est passé d'un tome à l'autre du petit garçon idolâtrant son frère, à un jeune homme de dix-huit ans qui aspire à autre chose de la vie que ses études de droit. Eden écrit des poèmes, et ça ne plait pas tellement à son aîné, il sèche les cours pour aller discuter littérature avec une femme veuve bien plus âgée (35-40 ans selon mes estimations), une intriguante selon les Whiteoak, qui mettront un place des stratagèmes pour les éloigner. Piers et Finch ont quinze et onze ans et ne posent pas tellement de problèmes. Wakefield, le petit dernier orphelin de naissance et trop gâté, a quatre ans et développe une peur panique envers ce nouveau grand frère, ce qui vexe grandement Renny. Meg est insignifiante. Et puis il y a Pheasant, l'enfant illégitime de Maurice, qui grandit seule avec une gouvernante à Vaughanland depuis le décès de ses grands-parents et rêve d'attirer l'attention de son père. Maurice est une loque incapable de faire quoi que ce soit à part noyer son chagrin d'amour vieux de douze ans. Alors Pheasant court les champs, joue avec Finch et se raccroche à l'affection de Renny. Renny, cette bonne vieille tête rouge n'aime rien tant que d'avoir des enfants autour de lui, et prend sous son aile la petite fille de son ami.

L'intêret de ce tome est dans les interactions entre les membres de la famille (qui ne sont pas si nombreuses cette fois) et l'intrigue autour de Chris et du Grand National. On apprend également à connaître Eden, qui est un personnage que j'affectionne particulièrement. Il est le premier Whiteoak à réellement vouloir se lancer dans une carrière artistique (Ernest  et son interminable livre sur Shakespeare ne compte pas), il a un tempérament obstiné, il est bon en sports mais ne s'y intéresse pas le moins du monde. Eden est un subtil mélange entre le caractère bien trempé des Whiteoak et la sensibilité de sa mère Mary. L'intrigue avec Mrs Stroud en revanche m'ennuyait fermement quand j'étais enfant et c'est toujours le cas. Cette femme ne m'intéresse tout simplement pas et n'amène que des problèmes. Certes ça sert l'intrigue du livre, mais c'est long...

Et enfin le petit point continuité. Comme d'habitude on entend Adeline parler de sa famille irlandaise, cette fois sa mère n'aurait pas eu 11 enfants mais 16. Je crois qu'il faut plutôt rester sur la version 11 qui est plus fréquente, on va dire que la vieille commence à yoyoter. Toujours est-il qu'elle mentionne ses frères Thadée et Abraham, ce qui ajouté à Judith, Conway, Sholto, Timothy et Esmond nous amène à 8 enfants Court, ça ne colle plus avec la version disant que 4 sont morts en bas-âge. Mazo De La Roche aurait vraiment pu prendre des notes... Concernant le voisinnage, on retrouve Lily Pink, la jeune fille de "Mary Wakefield" amoureuse de Philippe II qui avait joué du piano à lui et Mary, lors de leur première valse ensemble dans la lumière tamisée du salon. Actuellement elle est vieille fille célibataire et donne des cours de piano au troisième fils de Philippe et Mary, Finch. On regrette un peu de ne pas savoir de quoi est mort Philippe d'ailleurs. On sait juste qu'il est décédé pendant que Mary était enceinte de leur quatrième fils et qu'elle est décédée en couches quelques semaines après la naissance de Wake.

Aparté, j'avais découvert cette saga en regardant la série de l'été adaptée grosso-modo des tomes 4 à 8 lorsque j'étais enfant, et je n'ai jamais vraiment réussi à me défaire des images des acteurs. La vieille Adeline, Nicolas et Ernest ont tout à fait la tête de ceux qui les campaient dans mon imagination. Le problème c'est que les autres ont en majorité été assez mal choisis par rapport à leurs descriptions dans les livres ! Philippe et Mary n'étant présents que dans le premier épisode, j'ai pu totalement effacer leurs images pour les remplacer par deux beaux jeunes gens blonds. Meg était tout à fait adaptée, Renny sera toujours Serge Dupire en plus roux, et Eden sera toujours Benoît Magimel en plus blond. En revanche j'ai été trop amoureuse de Sagamore Stévenin pour remplacer son image de beau brun par le blond que Piers est censé être. L'acteur qui jouait Finch avait cette silhouette qui convenait plutôt bien au personnage, un peu dégingandé et pas très à l'aise dans ses bottes, enfin il était carrément brun aussi alors qu'il est toujours décrit très blond comme Piers. Sans parler de Wakefield, avec ses boucles brunes qui devient un petit rouquin et s'appelle Benjamin. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup !