14 mai 2017

Fred Vargas - Quand sort la recluse

IMG_8635

- Trois morts, c'est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n'est pas de notre compétence. 

- Ce qu'il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J'ai donc rendez-vous demain au Muséum d'Histoire naturelle. 

- Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ? 

- Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés. 

- Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l'araignée recluse ?


 

Le nouveau Vargas est sorti, et ça c'est toujours une très bonne nouvelle.

Nous voilà donc à nouveau embarqués dans une enquête d'Adamsberg, avec ses brumes dans les yeux et sa brigade derrière lui. C'est un peu comme une nouvelle saison de série, on a hâte de découvrir la nouvelle intrigue, mais tout autant de retrouver les personnages récurrents. En ouvrant le livre, j'attendais des nouvelles de Camille (ça fait des lustres qu'on n'a pas vu Camille!), des scènes entre Danglard et Adamsberg les deux amis que tout oppose et rapproche. Alors j'aurais pu être déçue car sans vous spoiler, zéro mention de l'ex-petite-chérie, et les relations entre Danglard et Adamsberg battaient franchement de l'aile. Mais Fred Vargas m'a surprise en me faisant tout autant plaisir. On retrouve le temps de quelques pages Raphaël, le frère presque jumeau qu'Adamsberg a traîné toute sa vie, le personnage dans l'ombre de mon Vargas préféré "Sous les vents de Neptune". Elle est vieille cette histoire de deux frères, elle a peut-être bien quinze ans, on n'attendait plus de caméo de Raphaël! Et puis alors que cette brève apparition m'avait déjà fait pardonner l'absence manifeste de Camille et Tom, voilà que c'est au tour de Matthias le préhistorien de débarquer et de donner des nouvelles de Marc et Lucien. Oui, les évangélistes de "Debout les morts"! Ça faisait bien vingt ans qu'ils n'étaient plus apparus eux. C'était bien.

En règle générale, un nouveau tome de la série nous permet de zoomer un peu sur un des gars de la brigade. Cette fois on a creusé un peu Veyrenc, en tant que second fidèle et digne de confiance. Veyrenc c'est un peu la famille, mais ça reste un petit nouveau. C'était agréable de voir Adamsberg pouvoir compter sur lui dans des moments où Danglard l'abandonnait.

Côté enquête, j'ai trouvé ça meilleur que les derniers tomes. Si, celui de l'Islande était chouette! L'armée furieuse et les histoires de Vampires m'avaient moins passionnée. Cette fois il s'agit de la recluse, une araignée qui tue dans le sud de la France. Or Adamsberg flaire anguille sous roche, murène sous rocher. En effet la recluse ne tue pas, elle pique rarement, nécrose parfois, mais pas de décès. Il est obligé de mener son enquête en cachette, en sous-main sans avertir les supérieurs qui le prendraient encore pour un illumin, et à contre-courant de Danglard qui essaie de ridiculiser Adamsberg et ses croyances devant la brigade. Alors on parle de l'enquête en comité restreint, dans la cour, au restaurant. On a tous les éléments qui font les bons Vargas: des métaphores, des piqures qui grattent, des mythes médiévaux, des animaux, et des échos dans l'histoire familiale et personnelle de certains flics de la brigade.

Bref, j'ai adoré et j'ai envie de relire les précédents. Celui de l'arrivée de Veyrenc, ceux avec les Évangélistes, celui avec Raphaël, ceux avec Camille. Bref presque tous, je ne sais pas par quel bout m'y prendre. 

 

NB: dans le prochain, je veux des nouvelles de l'histoire esquissée pour Retancourt et savoir si Veyrenc a conclu.

Posté par LucileLand à 19:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,