Alison-Leslie Gold - Mon amie Anne Frank

51kSliK6L8L

 

Le 7 juillet 1942, Hannah Goslar sonne chez son amie Anne et découvre avec stupeur que la maison est vide. La famille Frank a quitté Amsterdam - sans doute pour se réfugier en Suisse, dit un voisin. À cause des lois anti-juives, le quotidien d'Hannah devient chaque jour plus difficile. Puis tout bascule une nuit de juin 1943, lorsque des soldats nazis frappent à sa porte...


 

 

J'ai laissé ce livre prendre la poussière sur une table pendant des mois, j'avais un peu peur d'une histoire qui risquait de "surfer" sur la vague Anne Frank, ce ne fut pas du tout le cas. J'ai fini par le prendre et le finir en deux heures. Il ne s'agit pas de l'histoire d'Anne Frank racontée par quelqu'un d'autre, la jeune fille le fit très bien elle-même. C'est l'histoire de son amie de toujours Hannah, elle aussi jeune allemande juive vivant à Amsterdam et de ce qu'elle vécut pendant la guerre. Le livre se lit facilement, on se doute de ce qui va arriver, on sait qu'Hannah survit puisqu'elle raconte l'histoire (à postériori, elle), mais pour les autres rien n'est moins sûr. Hannah vit les privations de la seconde guerre mondiale, et c'est l'enfance qui s'éloigne de façon très abrupte lorsqu'elle voit s'éloigner ses amis les uns après les autres, et qu'elle doit jouer le rôle de seconde mère pour sa toute petite soeur. Alors parfois, Hannah pense à Anne, qui doit vivre heureuse en Suisse et manger de bonnes choses. Nous lecteurs, savons bien ce qu'il en est réellement, Anne est cachée non loin de chez Hannah pendant deux ans, sans aucun contact avec l'extérieur. Le lecteur voit avec un peu d'amertume Hannah espérer, qu'Anne est en pays libre, que les amis qui sont déportés reviendront, lui sait pour les camps et pour le destin des Frank.

J'ai beaucoup aimé ce roman, outre le fidèle récit historique touchant de la vie d'une adolecente en 1942, car il continue là où forcément "Le journal d'Anne Frank" s'arrête. Dans ce dernier, on a lu les confidences d'une adolecente qui se cache, on sait ensuite qu'elle sera déportée et mourra dans les camps, que seul le père survivra, mais le récit s'arrête avant. Celui d'Hannah va raconter en parallèle et en filigrane le destin de la famille Frank. Le récit bascule une première fois dans l'horreur avec un drame personnel qui touche la famille Goslar, à partir de là on sait qu'il ne s'agit pas d'une version édulcorée collection jeunesse. Ensuite c'est la dégringolade, les camps, Hannah qui retrouve furtivement Anne et le dernier espoir qui s'éteint.

Si vous n'avez pas encore lu ce livre, vous pouvez passer au paragraphe suivant. Puis vient forcément la déportation, la petite soeur malade. J'ai bien cru qu'elle allait y passer, j'étais bien soulagée en allant vérifier sur internet le destin de la petite Gabi Goslar ! La dureté des camps, l'éloigenment des adultes, et la force que trouve Hannah du haut de ses 14 ans pour survivre, pour Gabi. Et puis Hannah va apprendre que son amie Anne n'est pas en Suisse mais ici, avec sa soeur, dans un état grave. Les deux amies se parleront deux fois à travers une clôture, Hannah arrivera à lui faire passer des chaussettes et des bouts de nourriture. Un jour Anne disparait. Puis la libération, Hannah malade, seule avec sa petite soeur qui retrouve Otto Frank, resté seul lui aussi. Le récit ne s'attarde pas, mais c'est un peu de réconfort de se dire que ce père qui a tout perdu a pu aider un peu la meilleure amie de sa fille, qui elle n'avait plus de parents.

Dans le même genre de registre j'avais aimé lire "Après la rafle" de Joseph Weissman. Je connaissais depuis bien avant le film l'histoire de cet homme qui à treize ans avait échappé aux camps et survécu, et je me demandais comment un jeune garçon de cet âge pouvait s'être débrouillé seul pour rentrer et survivre à 2 ou 3 ans de guerre, sans plus aucune famille ni maison. Le récit a répondu à ces questions. J'ai aimé la même chose dans "Mon amie Anne Frank", outre l'histoire d'Hannah à laquelle on s'attache énormément, elle évoque l'après du "Journal d'Anne Frank".

C'est un petit livre qui se lit vite, à mettre dans sa bibliothèque à côté de "Mon ami Frédéric". Rien de très original, on a déjà lu beaucoup de choses sur la déportation, mais le récit est simple et honnête.